Accueil > Général > Sois bon et tais-toi!

Sois bon et tais-toi!

personal_and_professional_coachingJ’ai trouver le billet “Pour ceux qui sont nuls alors que tout le monde est fort” dans le top Pioche aujourd’hui. Un billet vraiment intéressant dans le sens ou Alban soulève un problème que tout le monde (ou presque) a déjà eu. Qui ne c’est jamais demander “mais c’est moi qui suis nul ou toi qui est trop fort?”, qui n’a jamais eu un manque de confiance en soi ou une période un peu limite moralement?

Je ne suis pas un spécialiste, mais le sujet m’intéresse suffisamment pour que je prenne le temps d’écrire un billet sous forme de réponse à celui d’Alban en suivant le même plan:

On a tous des points forts et des points faibles que les autres n’ont pas forcément.

Oui, bien sur. Entièrement d’accord sur ce premier point. Chacun a des qualités, chacun a des défauts et chacun a des aptitudes plus ou moins développés dans certains domaines.

Encore faut il les trouver effectivement, mais tout le monde n’a pas forcément les moyens de les trouver, aussi bien intellectuel que matériel ou même financier. Une fois les aptitudes trouvées il faut aussi avoir les moyens de les exploités et surtout de savoir les exploités. Malheureusement tout ne ce passe pas comme sur le web, et ce qui s’applique à un site web ou à un blog ne s’applique pas forcément à la vie de tout les jours, loin s’en faut… Bref je pense que “les moyens” dont je parle est un domaines à creusé coté éducation, formation, coaching, recrutement et aides financières.

Tout le monde a dû être débutant un jour

Jusque la je suis toujours d’accord. C’est le fondement même de la vie. On née débutant et on DOIT apprendre tout les jours jusqu’à la mort (c’est un peu glauque non?). Il est encore loin le temps ou on nous gravera des programmes dans la cervelle afin d’apprendre toute sorte de chose instantanément (référence à Matrix pour ceux qui ne suivent pas). Eh oui, le savoir ne viens pas en glandant, pour savoir il faut apprendre, il n’y a pas de secret.

Le fait d’être bon ou pas ne détermine pas à lui tout seul le succès futur, en revanche le fait de constamment s’améliorer, si.

Oui mais le fait d’être bon ou d’avoir un don prend quand même une grande part du gâteau dans un succès, quel qu’il soit. Une personne douée part quand même avec un gros avantage, enfin à ce moment la c’est chacun sa merde hein, chacun fait avec ce qu’il a. Mais le fait d’être bon naturellement procure un gain de temps non négligeable, il faut le dire… Dans tout les cas le fait de constamment s’améliorer est un élément déterminant dans un projet à long terme, il faut toujours garder l’envie d’apprendre encore et encore, c’est ce qui fera effectivement la différence.

Oui mais encore faut-il qu’on se/vous donne les moyens d’apprendre. Vous aller dire “il est pénible lui avec ses moyens”, oui je suis pénible, mais je tiens à mes “moyens”. Des personnes douées il y en a pas mal, des personnes qui apprennent constamment il y en a déjà beaucoup moins, quand aux personnes qui apprennent constamment par plaisir et qui en redemande il y en a peu. Pour autant on ne donne pas toujours leurs chances à ses gens la, on préfère prendre des personnes ayant une certaine expérience, acquise plus ou moins en force, par intérêt (et non par envie). Des personnes qui coûteront certainement moins chère, mais qui n’apporteront probablement pas de valeurs ajoutés.

Le succès des autres ne va en rien bloquer le votre

Le succès des autres ne doit pas être pris comme une défaite personnel, c’est clair. Il faut au contraire s’inspiré de ce succès, je ne parle pas d’en faire des modèles, mais bien de prendre exemple. Comme l’a dit Alban, s’ils sont bon c’est qu’ils ont voulus être bon et qu’ils ce sont donnés les moyens de devenir bon (ou qu’on leur a donnés les moyens de devenir bon).

Conclusion

J’ai un peu repris le schéma d’Alban pour exprimer mes propres idées, mais vous avez certainement remarquer que j’ai insister sur “les moyens” d’y arriver. En effet j’insite beaucoup sur ce point (et c’est ce qui fait la différence avec le billet d’Alban) car je pense que le monde, ou tout du moins la France tel qu’elle est de nos jours ne favorise pas suffisamment les gens qui travail vraiment. On va favoriser les gens qui font leur travail, en 35h, ni plus ni moins et s’ils ont un peu d’éxpérience c’est encore mieux. Alors qu’on a à coter d’autres personnes qui vont faire le travail qu’on leur demande, mais qui ne compteront pas leurs heures et surtout qui à coter du travail demandé vont continuellement apprendre et essayer d’apporter quelques choses de plus. J’ai l’impréssion qu’on juge mal ces derniers, on les prend pour des fous, ou tout du moins pour des marginaux et on ne leurs donne pas toujours leurs chances.

La ou je veux en venir, c’est qu’il y a un problème avec ce que j’ai citer un peu plus haut, à savoir:

  • L’éducation
  • La formation
  • Le coaching
  • Le recrutement
  • et les aides financières

Je pense qu’avec ce qui nous arrive en ce moment, c’est maintenant qu’il faut ce bouger le cul.

Sugi

PS: Je sait que ce billet ne touchera pas grand monde, qu’il ne fera pas bouger les choses bien ancrés depuis des années, mais je suis content d’avoir pu parler d’un sujet qui me tiens à coeur.

Articles relatifs: Vous avez aimer cet article?
Abonnez-vous au flux RSS ou par mail afin de recevoir les news du blog chaque jours!

Général ,

  1. 25/04/2009 à 20:04 | #1

    Salut Sugi, je ne connaissais pas ton blog, c’est intéressant d’avoir une réponse à un article de mon blog ! Merci;

    Ouais tu poses de bonnes questions sur les moyens pour arriver à trouver ses points forts et à les développer.

    Sur les moyens, de trouver ses points forts, il y a un livre qui s’apelle strength finder 2.0 qui est très sympa, il est assorti d’un test en ligne et apporte quelques éclairages intéressants sur ses aptitudes.
    A part ce type de test, je pense qu’il n’y a pas de secret, il faut expérimenter plusieurs activités jusqu’à ce que l’on trouve ce pour quoi on est le plus fort.

    Ensuite, l’idéal est de pouvoir trouver où la passion et les points forts se recoupent, c’est à dire de trouver une activité que l’on aime, et qui corresponde aussi à nos points forts. Comme ça on prend du plaisir à apprendre continuellement et on est généralement assez motivé pour continuer à avancer. Certes ce n’est pas facile mais je ne pense pas non-plus que ce soit ultra difficile.

    Pour cela je ne pense pas que le problème soit vraiment une questions de moyens financiers ou matériels. Il faut surtout vouloir consacrer suffisamment de temps à faire de l’introspection et à tester différentes activités. Il faut surtout passer du temps à chercher et à ses “poser des questions”.

    A plus!

  2. 25/04/2009 à 21:01 | #2

    Pour commencer, de rien pour la réponse, c’est normal ^^

    Comme tu le dit il n’y a pas de secrets pour trouver ses points fort, il faut expérimenter, apprendre et encore expérimenter. C’est comme ça qu’on avance =)

    Ensuite c’est clair que c’est plus facile d’apprendre quelque chose que l’on aime faire, idéalement une passion, et c’est justement la ou je voulais en venir avec mes moyens. Parfois une passion est dure a assumer financièrement, tenir un blog ça coute 10€ par an (du moins au début) alors qu’un sport mécanique c’est pas la même histoire…

    Pour finir, par “intellectuellement” ce que je voulais dire c’est qu’étant jeunes, par exemple au collège, on ne nous intéresse pas forcément à grand chose si ce n’est le sport. Il faudrait aider les jeunes à trouver plus facilement leur voies.

    Et merci pour le livre, je l’ajoute à mon budget bouquin pour la prochaine fois ^^

  3. 27/04/2009 à 15:28 | #3

    Trouvé quelque chose qui nous plait , s’est primordiale , si on aime quelque chose, on apprend sans s’en rendre compte.

    Et je suis plutôt d’accord avec sugi sur le fait que les moyens sont important, par exemple, tu veux apprendre à programmer , tu as des centaines de sites , et des logiciels libre. Si tu t’intéresse a l’électronique, un oscilloscope n’est pas du luxe , et s’est légèrement cher … De même pour les passionnées de vélo, d’escalade …

    Enfin, je suis heureux d’être un taré comme certains me l’ont dit lors de mon BTS, il n’a pas que CS dans la vie…

  4. 27/04/2009 à 15:49 | #4

    @Matthieu
    Oui on apprend naturellement quand on aime, ce n’est pas une contrainte…

    Voila ou je voulais en venir avec les moyens, certaines passions et occupations sont assez chère, c’est souvent le cas quand on a besoin de matériel. Bien sur bloguer ou tenir un site ça ne coute pas grand chose financièrement (je parle bien sur d’un loisir, c’est une autre histoire quand on deviens pro), tout le monde à un PC chez lui (sauf dans de rare cas), le reste c’est juste du temps…

    C’est surtout que le niveau moyen de ta classe laissais à désiré, à coté d’eux tu passais effectivement pour un taré ^^

  5. 29/04/2009 à 09:45 | #5

    @Sugi

    Pour les moyen, tout les métiers qu’on utilise seulement un pc, il a toujours moyen de récupérer les logiciels, et les livres, il a les bibliothèques universitaire et les topics sur le net , donc on peux tout trouver pour 0€

    Et s’est vrai que sa m’as fait plaisir de voir qui avais beaucoup de taré comme moi, ou que dans ma classe beaucoup ne s’intéresse pas a grand chose … pour preuve on est 3 a continuer , dont 1 qui veux quitter l’électronique , sa ne lui plait pas , il veux continuer en école d’ingé généraliste , sa fait 6 ans qui aurais pu remarqué que l’électronique se n’était pas fait pour lui …

  6. 29/04/2009 à 09:54 | #6

    @Matthieu
    Ouais voila en gros…

    Pour ce qui est des études, quand on commence dans une branche on est souvent bloquer par l’école ou même les parents lorsque l’on veux changer de voie. Sans compter qu’on à pas forcément envie de perdre du temps en recommençant tout…

  1. 28/04/2009 à 14:22 | #1